Gablau.net » Derrière les fourneaux » Accords mets et vins : comment éviter de se louper ?

Accords mets et vins : comment éviter de se louper ?

Lorsqu’on parle d’accord mets et vins, il n’est pas question de rater son coup. Le hasard n’existe pas dans cet exercice qui occupe une grande place dans le buffet. S’il est bien fait, vos convives vous en féliciteront. Par contre, le contraire pourrait leur laisser des souvenirs désagréables. Pour éviter cela, voici quelques règles à respecter.

1. Bannissez le vin sucré en apéritif

Un repas commence toujours par un apéritif. Ainsi, commence alors l’accord mets et vins. Beaucoup d’hôtes commettent la maladresse de servir une boisson alcoolisée riche en sucre à l’apéritif. Il s’agit d’une erreur monumentale, car ces deux éléments ont un effet écrasant sur les papilles gustatives.

Par conséquent, le palais étant déjà saturé n’arrive plus à apprécier la saveur du plat qu’il s’apprête à recevoir. Le meilleur réflexe à avoir à cette étape du repas est de titiller le palais avec une boisson effervescente. Pour cela, il faut préférer du vin blanc ou un vin mousseux.

2. Ne négligez pas les couleurs

Il n’est pas toujours évident de savoir quelle variété de vin il faut pour chaque type de plat. Cela est tout à fait compréhensible si vous n’êtes pas un professionnel averti. Toutefois, vous pouvez utiliser une règle universelle qui fonctionne la plupart du temps. Il s’agit de tenir compte de la couleur du repas pour déterminer le vin idéal qui l’accompagnera.

En réalité, cette règle s’avère toute simple, car il suffit de marier les couleurs entre elles. Pour un plat présentant un ton blanc, il faut prioriser un vin identique, donc blanc. Il en est de même pour les plats rouges qui s’accordent parfaitement au vin rouge. Par exemple, un vin blanc irait mieux avec une pizza à la crème fraîche. Par contre, le vin rouge fera passer plus facilement un morceau de viande rouge.

3. Ne changez pas l’ordre

L’accord mets et vins est une affaire d’ordre et d’harmonisation. Pour éblouir vos convives et susciter leur admiration, il est conseillé de monter graduellement en puissance. Ainsi, l’astuce est de commencer par un vin mousseux pour mettre les papilles en alertes. enchaînez ensuite avec un vin blanc ou un rosé au milieu du repas.

L’étape suivante consiste à faire entrer un vin rouge à table pour achever le tout avec un moelleux. En suivant cette chronologie, vous aurez la garantie de ne pas commettre des bévues lors du repas.

Par ailleurs, faites en sorte que vos invités ne regrettent pas la bouteille précédente. Pour cela, passez des moins bons aux meilleurs. N’oubliez surtout pas la première règle. Les vins riches en alcool et en sucre trouvent une meilleure place à la fin du buffet, mais pas au début.

4. Ne sous-estimez pas les arômes

L’une des erreurs les plus fréquentes constitue celle des faux accords. Un plat trop épicé se révèle déjà dangereux pour les papilles. Cependant, ce qui s’avère plus grave est une association avec un vin à haute teneur en alcool. Vous risquez de détruire le palais de vos convives.

L’idéal est de leur servir une bouteille aux arômes fruités, telle que les cépages. Ces vins ont la particularité de bien cacher le mauvais goût du plat servi. Le palais de vos invités retrouvera son équilibre après avoir subi une agression aux épices. Cependant, ils resteront embaumés à cause des arômes.