Gablau.net » Divers » Investissement en Société civile immobilière : est-ce bénéfique ?

Investissement en Société civile immobilière : est-ce bénéfique ?

Vous hésitez à investir en Société Civile Immobilière ? Entre allègement fiscal et protection de patrimoine, les SCI offrent plusieurs avantages. Toutefois, il y a certains détails qui peuvent vous décourager. Alors, faut-il investir ou non en SCI ?

Mode de fonctionnement des Sociétés Civiles Immobilières

Pour créer une Société Civile Immobilière, il faut au moins deux associés. Les associés peuvent être des particuliers ou des personnes morales. La nationalité des associés n’est pas vraiment importante. Toutefois, avant qu’un particulier ou une société d’un pays hors de l’UE ne s’associe à un autre dans une SCI, il faut que la loi de son pays l’y autorise.

En termes de fonds, on dénombre les Sociétés Civiles Immobilières à capital fixe et celles à capital variable. Dans le premier cas, un capital unique est défini et les différents associés n’ont pas la latitude de le modifier. Dans le cas d’une SCI à capital variable, deux sommes limites sont déterminées avant d’investir : le plancher et le plafond.

Quelques avantages des SCI

La SCI est une forme de société très tentante. Elle est encadrée par des mesures peu contraignantes qui suscitent l’intérêt de beaucoup d’investisseurs. Ces mesures permettent de réunir des moyens financiers importants et de faciliter l’acquisition de financements extérieurs (des prêts bancaires par exemple). L’objectif est d’acheter en groupe, un ensemble immobilier.

La Société Civile Immobilière permet de réduire les charges de chaque associé. Par ailleurs, l’un des principaux avantages des SCI est la protection patrimoniale des associés. En effet, si un associé est en difficulté financière ou autre, les créanciers de la société ne peuvent pas directement se tourner vers lui. Le statut de la SCI oblige les créanciers à s’adresser d’abord à la société avant de se tourner vers l’associé. En plus, lorsque les créanciers saisissent les parts de cet associé, ils ne peuvent pas immédiatement vendre ces parts. D’ailleurs, la vente est très difficile.

Une gestion plus simple du patrimoine

Les associés possèdent tous des parts de la SCI, mais ils n’en sont pas forcément les gestionnaires. Dans certains cas, un associé peut avoir le statut d’associé-gérant. Ce dernier, en plus de posséder des parts, est en charge de la gestion de la société. C’est un véritable avantage pour les chefs d’entreprise qui investissent dans les SCI. Cela leur permet notamment de ne pas inscrire leurs biens immobiliers à l’actif de leur entreprise. Puisqu’ils sont désormais propriétaires des biens immobiliers utiles pour leur activité professionnelle, ils bénéficient de quelques avantages directs. Ils peuvent par exemple, financer l’immeuble grâce aux loyers perçus par la SCI. En plus, si la SCI n’est pas endettée, des revenus supplémentaires peuvent être reversés.

Par ailleurs, la transmission du patrimoine est plus facile avec les SCI. Vous pouvez transmettre à vos enfants, tout ou une partie de vos parts dans la Société Civile Immobilière.

Fiscalement, les SCI présentent aussi certains avantages. Si vous investissez en SCI, vous avez la liberté de choisir entre impôt sur le revenu et impôt sur les sociétés. Cependant, retenez que si vous optez pour l’impôt sur les Sociétés, vous devez tenir la comptabilité.

En fin de compte, l’investissement en SCI semble être bénéfique pour les particuliers et pour les entreprises. Néanmoins, les démarches de création peuvent être pesantes.